Bibliothèque

Je vous présente ici les promotions que je trouve, puis ma bibliothèque. Si vous voulez un avis parfaitement objectif sur l’un des livres qui suit, ne comptez pas sur moi. Les liens sont sponsorisés, ça finance l’entretien du site et une bière le vendredi soir. Les images sont ici à titre illustratif et se trouvent toutes sur internet. Elles sont la propriété de leurs auteurs ou représentants légaux.

Promotions !

J’essaye de mettre à jour régulièrement, et ne mets en avant que des livres de photographes dont j’apprécie le travail, et je vérifie que le prix est vraiment intéressant.

Bruce Gilden – Hey Mister, Throw Me Some Beads !

Bruce Gilden photographie à sa sauce le fameux carnaval de la Nouvelle-Orleans, entre 1974 et 1982.

Bettina Rheims – Bonkers ! A Fortnight in London

La photographe Française ici à Londres, c’est sa semaine. Si vous aimez les portraits mis en scène avec une esthétique particulièrement personnelle.

Bettina Rheims – Gender Studies

Oui, c’est la semaine de Bettina Rheims. Ici des portraits bien plus sobres, mais peut-être plus parlants – c’est mon préféré des deux.

Joël Sternfeld – On this site

Ici aussi, du paysage américain, lui aussi est d’un rare talent (et pas souvent en promotion). Vous pouvez voir quelques images figurant dans le livre sur son site.

Mitch Epstein – American Power

Le sujet de l’énergie traité par le coloriste américain, pour fermer cette trilogie de paysagistes c’est parfait, et c’est tout à fait d’actualité.

Joël Meyerowitz – Legacy

Joël Meyerowitz dans les sauvages parcs urbains de New-York.

Stephen Shore – Solving Pictures

Une rétrospective de Stephen Shore, c’est quasiment indispensable.

Nobuyoshi Araki – Impossible love

Si vous ne pouvez aller au Japon, faites-le venir à vous.

Diane Arbus : Untitled

Interrogeant le réel et l’imaginaire des sujets qu’elle photographie, Diane Arbus renvoie les notions de perception et de santé mentale au premier plan d’un travail monochrome viscéral.

Lee Friedlander : Prayer pilgrimage for Freedom

Difficile d’imaginer une bibliothèque correcte sans les travaux de Lee Friedlander avec ses noirs et blancs aussi contrastés que la réalité américaine qu’il questionne.

Les livres que j’ai.

Richard Renaldi – Touching Strangers

Richard Renaldi demande à des inconnus de poser ensemble pour un portrait, le résultat est profondément humain et questionne tant sur le rapport à l’autre que sur celui du photographe à ses sujets.

Martin Parr – Beach Therapy (en promotion)

Martin Parr a une grande histoire d’amour avec les plages, plus grande que la mienne avec ce livre, peut-être trop répétitif à mon goût; c’est une sorte de best-of d’AC/DC de la photographie estivale par le facétieux photographe anglais. Parasols crèmes solaire et biscotos.

Richard Misrach – Border Cantos

La frontière entre les Etats-Unis et le Mexique dans un mélange de paysages et de clichés d’objets abandonnés par les migrants qui tentent la dangereuse traversée. Une seconde partie porte sur la musique, en photographie; si les images sont a priori moins éloquentes, l’accompagnement textuel aide à saisir la nature de l’œuvre.

Elliott Erwitt : Instantanés

Un best-of d’Elliott Erwitt, idéal si vous ne voulez pas des livres entiers uniquement avec des chiens, mais rassurez-vous il y en a quand même une meute entière dedans.

Gian Butturini – London

Le livre dont la controverse a valu quelques problèmes à Martin Parr. Thomas Hammoudi en parle dans cet article. J’ai voulu voir le travail du photographe et non seulement le scandale, c’est pas le livre du siècle.

Raymond Depardon – Glasgow

Magnifique reportage couleur du photographe Français sur une ville à l’industrie déclinante, je trouve que l’esprit anglais de résilience dans l’humour y est très bien retranscrit en images. Chewing-gums et gin-tonic.

Araki – Araki by Araki

Un best-of, à voir si Araki vous est étranger, mais qui gagne à être complété par la lecture de sa géniale Leçon de photographie intégrale.

Robert Frank – Les Américains

Impossible de passer à côté, j’ai attendu des années avant de l’acheter, de peur de l’avoir trop vite parcouru dans tous les sens. Et je le parcours toujours avec autant d’admiration, tout est parfait. Road-trip juke-boxes et enterrements.

Charalampos Kydonakis – Warn’d in Vain

Photographier New-York sans tomber dans la redite, c’est possible et il l’a fait. Une vraie claque.

Charalampos Kydonakis – Back to Nowhere

Photographier la Crète sans tomber dans la redite, c’est plus facile que New-York, mais c’est aussi une claque.

Françoise Huguier – Virtual Seoul

Françoise Huguier à Séoul, j’aime Françoise Huguier et j’aime Séoul, et si j’apprécie la qualité du travail il manque quelque chose pour que je tombe sous le charme. Je l’ai peut-être trouvé trop propre, mais n’est-ce pas une certaine réalité de Séoul ? J’ai pas la réponse, je le relirai. Paillettes boules à facettes et queues-leu-leu.

Françoise Huguier – Kommouиalki

Ici c’est une pièce à avoir, la photographe dans un appartement communautaire russe : c’est intime, vif, contemplatif; un huis-clos photographique époustouflant.

Jean-Christophe Béchet – American Animals

Première partie de la trilogie, portée comme annonce le titre sur les animaux, leurs représentations et l’imaginaire américain qui les entoure. Magnifique édition au cœur d’un corpus de dix carnets.

Jean-Christophe Béchet – Petits paysages américains

Seconde partie de la trilogie, en noir et blanc; si vous aimez la photographie des frères Cohen dans Fargo, vous serez ravis de ces paysages de l’Amérique qui n’est pas cloitrée dans Manhattan.

Jean-Christophe Béchet – Eureka USA

Troisième partie de la trilogie, à l’aube des élections de 2016, entre les Eureka de deux Etats différents.

Gregory Halpern – ZZYZX

Visuel et presque hypnotique, Greg Halpern livre une évocation du chaos brutale, un ultime bang avant des images sourdes, qui fascinent. La critique d’Antoine Zabajewski vous sera sans doute plus utile.

Gregory Halpern – Let the sun behaded be

Le même en Guadeloupe, la surprise en moins; la Guadeloupe, le Zouk en moins. J’aime beaucoup la première lecture, regardez bien les images l’editing a plusieurs fils à suivre, c’est bien vu. Il est à préciser, c’est important, que les couvertures de ces deux ouvrages sont minimalistes et d’un extrême bon goût tant dans le choix des matières que des motifs.

Thierry Girard – Le monde d’après

Rien que l’image de couverture a failli me faire acheter le livre à elle seule – merci à Thomas qui me l’a promptement offert. Si vous aimez le Nord et son bassin minier, ce livre vous enchantera, et si vous ne connaissez pas le Nord, il vous le fera découvrir par les noirs et blancs des années 70 et les couleurs actuelles de Thierry Girard. Et je peux vous dire qu’il a vu des endroits géniaux qui malheureusement n’existent plus.

Stephen Shore – American Surfaces

Sans doute une des références les plus importantes ici, si c’est l’un des livres que j’ai le plus lus, je n’arrive toujours pas à synthétiser réellement ce pourquoi il importe tant : non pas qu’il raconte une histoire particulièrement belle, ou même qu’il raconte une histoire, les photos ne resplendissent pas, aucun spectacle, mais une vision partagée avec la justesse extrême de Shore. Un détail, mais c’est ici le format de livre que je préfère, la prise en main est absolument parfaite.

Stephen Shore – Uncommon Places

Toujours Shore, mais avec un plus grand appareil, donc le livre est plus grand et donc moins pratique à lire. Mais difficile de le détester pour autant, les images pardonnent la prise en main.

Robert Doisneau – Palm Springs

Doisneau en couleur aux USA ? Vous ne l’attendiez sûrement pas. Livre original, belle impression qui change l’image du photographe franco-parisien en noir et blanc.
La seconde partie sur le golf est un peu moins forte, mais quelques très bonnes images restent en tête.

Philippe Graton – Carnets de la ZAD

La ZAD de Nantes sans le côté sensationnel ou dramatique des médias; de l’argentique au moyen format qui tempère la fureur des vidéos qui défrayaient la chronique.

Jean-Luc Bertini – Américaines Solitudes

Les Etats-Unis parcourus par le photographe français Jean-Luc Bertini, j’aime beaucoup et j’en parle chez Thomas dans cet article.

Paul Graham – A1 – The Great North Road

Une excellente réédition, si vous aimez les aires d’autoroutes et les restaurants routiers, ça fleure bon le formica et le gasoil; magnifiques paysages et portraits. Ketchup cendrier et linoleum.

Paolo Pellegrin – Alors que je mourais…

Il est chez Magnum et a gagné le Leica Publisher’s Award pour ce livre, je me vois mal le critiquer ou trouver d’autres arguments pour vous le conseiller.

Ed. Textuel – Home Sweet Home

Une trentaine de photographes nous font visiter les intérieurs anglais de ces 50 dernières années, c’est rafraîchissant.

Frank Horvat – Side Walk

Je ne sais pas s’il y a un rapport à la chanson de Lou Reed, mais c’est là aussi un bel hommage à New-York. Comme d’habitude aux Editions Xavier Barral l’impression et le format du livre son parfaits.

Nicolas Righetti – Biélorussie Dreamland

La couverture est géniale, un peu molletonnée, il y a plein de militaires dans le livre, comme dans le pays. Et vu la crise politique c’est plus accessible en livre qu’en avion d’aller voir ce qu’il se trame là-bas.

Martin Parr – Early Works

Martin Parr en noir et blanc, loin de ce que l’on voit habituellement qui est très coloré; mais ce sont surtout les cadrages d’une rare précision qui impressionnent ici.

Joël Meyerowitz – Where I find myself

Un best-of bienvenu pour quiconque veut découvrir son travail, c’est assez dur de passer à côté.

Vincent Jarousseau – Les Racines de la Colère

Un roman photo, c’est très rare, et celui-ci est excellent : la démarche, le sujet et bien sûr les photographies sont à voir absolument. J’en parle chez Thomas dans cet article.

Richard Avedon – Avedon les Sixties

Un gros livre de Richard Avedon, de sacrés portraits. Si je ne devais en avoir qu’un de lui ça sera ce livre, et vu que j’en ai effectivement qu’un, c’est celui-ci. Un défaut : il est grand et il y a une jaquette souple, qui s’enlève et s’abîme et ne sert à rien à part m’énerver.

Franck Gérard – En l’état

Un très gros livre avec plein d’images, ce que j’aime beaucoup c’est qu’en l’ouvrant je découvre toujours quelque chose de nouveau, une image à côté de laquelle j’étais passé ou un petit détail qui m’avait échappé.

Giov’ – NY//AUSTIN//CHCG US Roadbook

Livre mêlant textes et images, j’ai immédiatement accroché sur la couverture, qui était disponible en rose ou en jaune fluo, c’est intimiste et très joliment construit.

Pauline Alioua & Chris Garvi – Dans le creux du manque

Premier livre du couple de photographes, au Maroc et à quatre yeux, intimiste et argentique.

Pauline Alioua & Chris Garvi – Tableau d’Iran

Second livre, et un beau dialogue photographique entre la couleur et le noir et blanc dans un Iran loin des préjugés médiatiques qui courent. C’est très poétique – ne vous attendez pas à un reportage sensationnaliste ici la vision est réellement subjective et approche parfois l’abstraction. Un détail simple qui a son importance : je trouve la couverture magnifique.

Cindy Sherman – Postcards

Des cartes-postales avec des portraits de Cindy Sherman, j’arrive pas à savoir si c’est publicitaire ou volontairement présenté comme ça plutôt qu’en livre, mais c’est une bonne idée.

Daido Moriyama – Record 36

Des photographies de Moriyama au Japon en noir et blanc, comme dans beaucoup de livres du même auteur.

Daido Moriyama – Record 37

D’autres photographies de Moriyama au Japon en noir et blanc, comme dans beaucoup de livres du même auteur et celui du dessus.

Ed. Ramsay – Vogue covers

Des couvertures du magazine Vogue, ne pensez pas que c’est une erreur loin de là, Irving Penn, Guy Bourdin ou Helmut Newton y ont participé.

Magnum – Contact Sheets

Des planches-contact montrant les photos voisines de photos célèbres. C’est comme lire les brouillons raturés de Flaubert, en mieux.

Magnum – Magnum

Un livre de Magnum sur Magnum, avec plein de photographies de photographes de Magnum, idéal pour découvrir des choses déjà bien connues par des gens plus cultivés, ou voir des photographies de photographes qu’on aime pas assez pour en acheter un livre.

Adam Juniper – photo Instagram, 52 défis

Des défis pour que son profil Instagram ressemble au plus stéréotypé de tous les profils Instagram. Un jour je le ferai entièrement et j’assumerai la perte de tous mes followers qui me trouveront un peu idiot.

J-C Béchet & P.Kasprzak – Petite philospophie pratique de la prise de vue photographique

Le titre fait un peu peur quand on est flemmard, mais c’est extrêmement enrichissant.

Susan Sontag – Sur la photographie

Ici c’est aussi très très enrichissant, mais le titre ne fait pas peur, pourtant il devrait. Je l’ai lu en une fois pour être sûr de ne pas l’abandonner en route par flemme.

Stephen Shore – Leçon de photographie

Rapide à lire et très instructif. Il n’explique ni le nombre d’or ni la formule magique du meilleur bokeh, et ne parle pas de comment choisir un objectif selon les courbes DxO.

Mark Durden – La Photographie aujourd’hui

Présentation de beaucoup de courants et de photographes actuels, intéressant à fouiller plus qu’à lire d’une traite.

Nathalie Herschdorfer – Le dictionnaire de la photographie

Un dictionnaire, qui parle de photographie. Le titre est bien trouvé. Mise en page fluide, c’est assez utile.

John Berger – Comprendre une photographie

En attente de lecture.

F.Hunter, S.Viver & P.Fuqua – Manuel d’éclairage photo

Manuel technique, si vous voulez faire des photos de trucs en métal ou en verre, c’est très pratique, sinon passez votre chemin.

David Gibson – Street Photography

Une bonne introduction à la photo de rue, orientée niveau intermédiaire, à conseiller à celle ou celui qui se penche sur la question et désire des bases.

Les livres que je ne veux pas.

Sebastiao Salgado – Genesis

Non pas que ça soit moche ou inintéressant, Salgado est un photographe qu’il ne m’appartient pas de critiquer – c’est comme si Jul critiquait Miles Davies ça n’aurait aucun sens – mais ses noirs et blancs ne sont pas du tout à mon goût. C’est trop magnifique et trop gigantesque pour moi.

Steve McCurry – Une vie en images

La critique n’est pas des images, elles ne me touchent pas et ça n’est pas la question, je pourrais néanmoins les trouver très bonnes – ce qu’elles sont sans nul doute. Mais j’ai l’impression d’avoir vu tant de papy-bokeh le plagier que ça en devient presque caricatural.

Abonnez vous à la newsletter !

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles, directement dans votre boîte mail.
S'abonner
Je m'inscris !
close-link